Thursday, May 19, 2022

Ton Nucléaire, Mon Gaz: l’Europe se déchire

Lors de son arrivée à Amiens le 20 janvier 2022, où il participait à la réunion des ministres Européens de l’Environnement organisée par Barbara Pompili, Stefan Tidow, le nouveau secrétaire d’Etat allemand à l’environnement, a indiqué que le nucléaire « n’est pas une énergie verte, ni durable. La question de la gestion des déchets n’est pas résolue. Ce n’est pas économique non plus ». Ce donnant donnant franco-germanique ressemble déjà à un bal masqué politique sur fond d’hystérie généralisée avec l’envolée des prix du Gaz. 

- Advertisement -

Déjà a plus de 200€ le MWh, une inflation retournée au galop et l’annonce par la BCE de la fin d’une décennie de taux d’intérêt bas, il est désormais plus dur de financer de nouveaux projets ambitieux. Comment alors le président actuel du conseil européen compte pouvoir financer son plan de relance, qui envisage la “mise en service de « vingt-cinq gigawatts de nouvelles capacités nucléaires d’ici à 2050 », une « révolution » et le Monde de noter que « Ce sera une nette hausse par rapport aux 61 gigawatts du parc nucléaire français actuel, alors que la loi de programmation pluriannuelle de l’énergie de 2020 prévoyait la fermeture d’une douzaine de réacteurs »[1]

Dans une tribune publiée en Aout 2021[2], David Lisnard écrivait : « Énergie, climat: quand le « en même temps » devient « tout et son contraire ». En effet, Emmanuel Macron est responsable entre 2017 et 2022 d’une politique ayant tout fait et son contraire sur le plan énergétique ! Après avoir abandonné la filière nucléaire et ferme Fessenheim, ôté même aux communes françaises toute autorité de décision sur l’éolien terrestre, pour y retourner in fine à trois mois d’une échéance électorale, cela pourrait renforcer les soupçons de sabordage illustrés dans le dernier livre de l’ancien président de l’assemblée nationale Bernard Accoyer : « Une Affaire d’État, la tentative de sabordage du Nucléaire Français[3] ».

L’Europe est fragilisée au moment même où les tambours s’entendent rouler sur la frontière ukrainienne. Le président Biden a quant à lui annoncé cette semaine, dans une allocution insolite, sa décision de continuer à bloquer le gazoduc Nord Stream II déjà opérationnel. 

Mais au fond, y’a-t-il vraiment une politique énergétique voire climatique cohérente en Europe ? L’histoire presque sordide d’une lutte tchéco-polonaise autour d’une vielle mine de charbon frontalière polluante à Turów[4] illustre bien la double vie d’une Europe désunie et schizophrène. En 2022, plus que jamais les centrales à charbon semblent être le recours ultime, après dix ans perdus de déprogrammation énergétique.


- Advertisement -

[1] https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/02/10/nucleaire-eoliennes-ce-qu-il-faut-retenir-de-l-intervention-d-emmanuel-macron_6113168_823448.html

[2] https://www.lopinion.fr/politique/energie-climat-quand-le-en-meme-temps-devient-tout-et-son-contraire-la-tribune-de-david-lisnard-et-yves-damecourt

[3] https://atlantico.fr/article/decryptage/-une-affaire-d-etat-la-tentative-de-sabordage-du-nucleaire-francais–de-bernard-accoyer-et-chantal-didier—une-enquete-approfondie-des-constats-qui-fachent—bertrand-devevey

[4] https://fr.euronews.com/2022/02/09/mine-de-charbon-en-pologne-la-polemique-ne-s-eteint-pas-malgre-l-accord-tcheco-polonais

- Advertisement -

More articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest Articles

Subscribe to our newsletter

To be updated with all the latest news & articles